Home NOS CONSEILS 7 questions pièges posées par les recruteurs en entretien d’embauche (et comment...

7 questions pièges posées par les recruteurs en entretien d’embauche (et comment y répondre)

2018
0

L’entretien d’embauche

7 questions pièges posées par les recruteurs en entretien d’embauche (et comment y répondre)

De nombreux recruteurs posent des questions pièges en entretien d’embauche. En voici 7 et autant de conseils pour y répondre de manière habile.

Quels sont vos défauts / vos points faibles ?

Répondre à cette question n’est pas chose aisée. Le but du recruteur est de mieux comprendre votre personnalité. Vous devez faire preuve d’équilibre : répondre avec franchise tout en évitant de vous tirer une balle dans le pied. Préparez-vous à cette question et évitez d’apporter une réponse trop directe (plus de conseils sur ce sujet : comment parler des défauts en entretien d’embauche).

Quelles sont vos qualités ?

A contrario, la plupart des recruteurs vont vous demander quelles sont vos qualités. Là aussi, il est important de doser sa réponse. Évitez d’être trop direct et pensez aux versants négatifs de vos qualités. Vous êtes autonome ? C’est bien. Mais trop insister sur cette « qualité » peut laisser penser que vous êtes ingérable. Il est important d’accorder ses qualités avec les caractéristiques de son métier et du poste convoité.

Quelle est la réponse ultime ?

42, évidemment. Si vous ne le savez pas, cette question peut être déconcertante. De temps en temps, certains recruteurs posent ce type de question étrange en entretien d’embauche. Google était d’ailleurs réputé pour ses questions bizarres, avant que l’entreprise ne décide de passer à autre chose. Le recruteur vous teste pour voir comment vous réagissez face à une situation inattendue, il cherche à vous déstabiliser. Dans ce cas, restez calme. Tentez de trouver une parade : répondez par l’humour ou retournez la question sans y répondre (plus de conseils : comment déjouer les questions pièges).

Parlez-moi de vous…

C’est la porte ouverte à toutes les fenêtres. Le recruteur sera particulièrement attentif aux points qui sont les plus importants pour vous. Évitez donc de commencer par vanter votre capacité « à tenir longtemps debout en soirée » et insistez sur les aspects positifs de votre vie personnelle : sport, projets, engagement associatif… Le mieux : montrer, grâce à vos activités personnelles, votre capacité à exercer le poste pour lequel vous avez postulé.

Pourquoi avez-vous démissionné ?

C’est la question piège par excellence : évitez de répondre « parce que je ne supportais plus la pression », « parce que mon chef était un incapable », ou « parce que je ne me voyais pas rester 6 mois dans la même entreprise ». 2 mots d’ordre : ne dénigrez pas votre ancienne boîte et évitez de dévoiler des éléments qui pourraient prouver votre inadéquation avec le poste convoité (plus de conseils sur les erreurs à éviter en entretien d’embauche).

Où vous voyez-vous dans 5 ans ?

« À ta place » ! Si cette question doit vous permettre de prouver que votre projet professionnel est réfléchi, elle ne doit pas vous pousser à dévoiler trop (ou trop peu) d’ambition. Comme toujours, restez cohérent et mesuré. Et renseignez vous en amont : si l’entreprise applique un plan de carrière défini pour votre poste, répondez en fonction de ce dernier.

Vous avez des questions ?

« C’est payé combien ? » Si la question de la rémunération n’a pas été évoquée jusqu’alors, profiter de cette occasion pour poser la question n’est pas interdit. Mais ne soyez pas trop direct, et pensez à évoquer aussi (et d’abord) les aspects non-financiers. Se renseigner sur les RTT c’est normal, mais ça ne doit pas être votre préoccupation N°1  quand vous postulez. Ou tout du moins, ce n’est pas l’impression que vous devez donner au recruteur 😉

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here